3/11/2017 - La prise d’acte de rupture requalifié en démission contraint le salarié au respect du préavis contractuel

(sur l’arrêt de la Cour d’appel de Versailles du 26 octobre 2017)
Par Me Alexandre MARINELLI, avocat au Barreau de Paris
Publication 3 novembre 2017


Le Cabinet ADAM-CAUMEIL est intervenu en la personne de Maître Alexandre MARINELLI dans un contentieux prud’homal opposant un employeur, filiale d’un groupe international, la société Z, à son ancien employé, Monsieur LS.

Monsieur LS avait saisi le Conseil de Prud’hommes de BOULOGNE-BILLANCOURT (Hauts-de-Seine) d’une demande d’indemnisation fondée sur une prise d’acte de rupture, création prétorienne permettant à un salarié, en cas de manquement(s) grave(s) de son employeur de ‘‘s’auto-licencier’’, laissant l’indemnité de rupture et le préavis à la charge de ce dernier.

Le salarié demandait la reconnaissance de la rupture du contrat à son initiative et sa requalification en licenciement abusif à la charge de la société Z.

Pour établir la responsabilité de son employeur, Monsieur LS invoquait une modification substantielle de plusieurs éléments de son contrat de travail, dans le contexte de la mise en place d’une nouvelle organisation du travail au sein des sociétés du groupe.

Ayant pris acte de sa rupture, le salarié a cessé de se présenter à son travail, sans pour autant que son employeur l’ait dispensé de son préavis.

Or, il est de jurisprudence constante que, notamment en cas de licenciement jugé abusif, la période de préavis contractuel donne lieu à une indemnisation de plein droit au profit du salarié, indépendamment de la caractérisation d’un préjudice quelconque.

A l’inverse, lorsqu’un salarié démissionnaire n’exécute pas le préavis auquel il contractuellement tenu, il est normal de considérer qu’il doive une telle indemnité compensatrice à son employeur.

Toutefois, en pratique, dans cette dernière situation, les juges déboutent généralement l’employeur de sa demande indemnitaire, au prétexte de l’absence de preuve de l’existence d’un préjudice subi par l’employeur.

Dans cette affaire, le Conseil de prud’hommes avait débouté Monsieur LS et qualifié sa prise d’acte de démission, mais sans en tirer toutes les conséquences de droit, notamment au regard de l’absence d’exécution du préavis contractuel.

Le salarié ayant relevé appel du jugement, l’employeur a reconventionnellement demandé la condamnation de celui-ci à lui verser une indemnité compensatrice pour le préavis non-effectué.

Dans son arrêt du 26 octobre 2017 (RG n° 15/04002), au fondement de l’article L.1237-1 du Code du travail, la Cour rappelle qu’ « en cas de démission, le salarié est tenu au respect d’un délai de préavis (…) et, sauf à en avoir été dispensé, le salarié qui ne l’exécute pas doit à son employeur une indemnité compensatrice dont le montant est égal aux salaires correspondants. »

Cette indemnité présente donc bien un caractère forfaitaire et la Cour d’appel de VERSAILLES, rappelle qu’elle est due « indépendamment de la caractérisation d’un quelconque préjudice subi par l’employeur. »

Cette décision n’est certes pas une première, la Chambre sociale ayant déjà statué en ce sens en 1990 et 1991(Soc. 9 mai 1990, n° 88/40044  et Soc. 23 oct. 1991, n° 88/41278), mais il est rare qu’elle soit reprise par les juridictions inférieures.

Elle mérite toutefois d’être saluée, puisqu’elle contribue à une moralisation des rapports de travail, ce qui reste un des objectifs de la responsabilité civile en général.

Du côté du salarié, il convient donc, préalablement à la prise d’acte de rupture du contrat, de prendre en compte le risque de requalification en simple démission, auquel s’ajoute, en ce cas, une indemnité au profit de l’employeur au titre du préavis non-effectué.


Alexandre MARINELLI
Avocat à la Cour



https://www.eurojuris.fr/accueil/articles/prise-d-acte-de-rupture-requalifiee-en-demission-et-respect-du-preavis-37471.htm

Toutes les actualités du Cabinet Adam-Caumeil, Avocat à la Cour de Paris


10JUIN

La restructuration d’entreprise en sortie de crise

+
14MAI

L’impact du déconfinement sur les entreprises : vivre avec le COVID-19

+
31MAR

COVID-19 : QUELS IMPACTS SUR LES CONTRATS COMMERCIAUX ?

+
20MAR

Coronavirus et droit du travail : quel impact sur l'entreprise ?

+
24JAN

Campus International Allemagne à Berlin

+
24JAN

Opéra Dialogue des Carmélites – Reconnaissance de la liberté artistique de la mise en scène en droit français

+
30AOUT

Le règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD)

+
26AVR

Judith Adam-Caumeil, avocat conseil de la compagnie aérienne Equatorial Congo Airlines (ECAir) – Interview pour le magazine Jeune Afrique

+
14MAR

La Réforme du Code du Travail : la Représentation du Personnel Unifié

+
03NOV

La prise d’acte de rupture requalifié en démission contraint le salarié au respect du préavis contractuel

+
21OCT

Les ordonnances d'Emmanuel Macron en matière de Droit du Travail par Judith Adam-Caumeil, avocate

+
18OCT

Great Success of Artistic Freedom

+
09OCT

Missions temporaires et activités limitées en France

+
22JUIN

Le triomphe de la liberté de création

+
02MAI

Mai 2017

+
17OCT

Judith Adam-Caumeil nouveau membre du Board d'Eurojuris International

+
08OCT

Interview de Judith Adam-Caumeil par le journaliste Julien Oeuillet

+
15JUIN

Privilégier les clauses de compétence : un atout procédural significatif dans l'espace européen

+
19JAN

Participation du cabinet au bal autrichien à Paris

+
01FEV

18 Jahre Haft für deutschen Terroristen

+
2 avenue Trudaine
B.P. 30657 · F-75423 Paris Cedex 09
Tél. (0033)1 42 81 41 51
Fax (0033)1 42 81 49 26
avocats@adam-caumeil.com
www.adam-caumeil.com